1. Faculté des Sciences
  2. Accueil
  3. La Recherche

Trois projets de recherche de la Faculté des Sciences soutenus dans le cadre de l’appel Spécial Covid-19 de l’ULB

Publié le 27 avril 2020 Mis à jour le 27 avril 2020

Dix-huit projets de recherche au total sont soutenus dans le cadre de cet appel. Ils contribueront à mieux comprendre la réponse clinique à l’infection par le virus SARS-CoV-2, à mettre au point des traitements innovants de l’infection, à développer de nouveaux tests de dépistage, ou encore à appréhender l’impact du confinement sur notre société.

Face à l’épidémie de coronavirus, nombre d’équipes de recherche se sont mobilisées; nombre de donateurs aussi. L’ULB, la Fondation ULB, le Fonds Erasme, l'Hôpital Erasme, le designer Charles Kaisin, l'UAE, le Fonds Defay ont favorisé la rencontre entre ces chercheurs et ces donateurs: 18 projets de recherche seront subventionnés suite à l’appel Covid-19 lancé au sein de l’Université dont trois impliquant des chercheurs de la Faculté des Sciences:
  • Inactivation des coronavirus par plasma
La persistance des virus sur les surfaces représente un risque de transmission indirecte majeur. Les plasmas sont des gaz partiellement ionisés hautement réactifs, même à température ambiante qui génèrent des radicaux oxydants et des rayonnements ultraviolets. Grâce à une collaboration entre le service de Virologie Moléculaire, l’ULB Center for Diabetes Research et le service ChemSIN, le potentiel d’inactivation des virus par différentes sources plasmas sera étudié sur des souches virales mimant le SARS-CoV2. Le but est d’identifier la meilleure source pour inactiver le virus sur des surfaces complexes (instruments chirurgicaux, filtres, textiles), inaccessibles aux détergents classiques.

Partenaires : François Reniers - Chimie des surfaces, interfaces et nanomatériaux – ChemSIN; Anne Op De Beeck - ULB Center for Diabetes Research; Carine Van Lint - Laboratoire de Virologie moléculaire
 
  • Mise au point d'un test de détection salivaire du SARS-CoV-2
Le projet vise à mettre au point un test de détection du virus SARS-CoV-2 responsable du Covid 19 dans la salive des patients. L’objectif est d’augmenter significativement le nombre de tests diagnostiques réalisables, de les rendre moins invasifs (comparativement au frottis naso-pharyngé effectué actuellement en routine) et plus surs en permettant de diminuer la proximité entre patients et personnel soignant lors du test. Les échantillons salivaires seront récoltés grâce à un nouveau dispositif mis au point par des collaborateurs de l’Université de Xiamen (Chine). Celui-ci permet une inactivation rapide du virus et une meilleure conservation de son matériel génétique pour favoriser la détection.

Promoteurs : Cyril Gueydan - Laboratoire de biologie moléculaire du gène, U-CRI -; Anne Botteaux - Laboratoire de bactériologie moléculaire -; Anne Op de Beeck - ULB Center for Diabetes Research -.
Partenaires : Géraldine De Myulder (ULB Diagno Team) ; Nicolas Dauby et Charlotte Martin (Hôpital Saint-Pierre); Jiahuai Han (Life Science Institute, Xiamen University, China)

 
  • Tests de détection immunoglobulines Anti-COVI-19
Ce projet est issu d'une étroite collaboration entre trois laboratoires de l'ULB : EMNS, LCO et SFMB. Il vise le développement de deux types de tests pour la détection rapide des IgG et IgM anti-SARS-CoV-2 : l'un est basé sur le principe de l'immunochromatographie à flux latéral et l'autre sur la spectroscopie Infrarouge. Dans le premier cas, l'idée est d'utiliser des nanoparticules d'argent plutôt que les nanoparticules d'or habituellement utilisées pour ce type de tests. Le pari des chercheurs est que cette modification pourrait permettre une détection plus précoce de l'infection, une meilleure sensibilité des tests et une réduction de leur coût de production. Dans le second cas, le biocapteur Infrarouge visé devrait permettre une détection rapide et avec une haute sensibilité des anticorps IgG et IgM, ainsi que leur quantification. Ce type de biocapteur pourrait être un outil idéal pour des analyses à haut débit en milieu hospitalier.

Partenaires: Gilles Bruylants - Engineering of Molecular NanoSystems laboratory - ; Ivan Jabin - Laboratoire de Chimie Organique, LCO - ;  Vincent Raussens - Structure et Fonction des Membranes Biologiques laboratory, SFMB -.



Découvrez tous les projets de recherche soutenus 

Les projets ont été sélectionnés par un comité pluridisciplinaire d’experts internes à l’Université, présidé par le Vice-Recteur à la recherche Oberdan Leo.